Le droit à la déconnexion, c'est maintenant !

par Cadreo




Au 1er janvier 2017, les entreprises de plus de 50 salariés devront ouvrir des négociations sur le droit à la déconnexion. Le but : mettre en place des dispositifs de régulation des outils numériques pour que la vie professionnelle n'empiète pas sur la vie personnelle des salariés.

Cadenas-Tablette_optSelon l'article L2242-8 du Code du travail, les entreprises devront garantir le "droit à la déconnexion" des salariés par la "mise en place de dispositifs de régulation de l'utilisation des outils numériques, en vue d'assurer le respect des temps de repos et de congé ainsi que de la vie personnelle et familiale". A défaut d'accord, l'employeur peut élaborer une charte, après avis du comité d'entreprise, devant définir les modalités de l'exercice du droit à la déconnexion. Ce document devra également prévoir des actions de formation et de sensibilisation à un "usage raisonnable des outils numériques" destinées aux salariés et au personnel d'encadrement.

> Allo ? Allo !? Mais où sont les cadres ?

Lutter contre le "management oppressant" et le burnout

Par exemple, l'entreprise devra lutter contre les envois compulsifs de mails. Certains salariés sont particulièrement concernés : 20% d'entre eux enverraient 80% des messages électroniques. L'entreprise pourrait aussi signaler aux salariés qu'ils sont connectés en dehors de leur temps de travail ou qu'ils ne respectent pas le repos de 11 heures quotidien prévu par la loi.

L'entreprise devra également empêcher ou en tout cas limiter les appels téléphoniques ou SMS en dehors des heures de travail. Un autre article du code du travail, définit en effet ce type de management comme "oppressant". En outre, il a déjà été prouvé que la frontière de plus en plus poreuse entre vie privée et vie professionnelle pouvait conduire les salariés à une situation de burnout, ou d'épuisement au travail. Limiter l'envoie de mails pourrait aussi permettre aux salariés d'être plus performants. Actuellement, on estime que la lecture des courriers électroniques occupe 30% d'une journée de travail...

Ces entreprises qui favorisent la déconnexion

Un problème déjà bien identifié par certaines entreprises. Par exemple, le constructeur automobile Volkswagen a décidé dès 2011 de bloquer ses serveurs le soir et le week-end empêchant aux salariés d'accéder à leurs mails entre 18h15 et 7 heures, 7 jours sur 7. D'autres sociétés essaient de limiter la lecture des mails à certaines plages horaires ou instaurent carrément une journée sans courriel.

Une prise de conscience qui paraît indispensable. "Perte de concentration, stress, épuisement mental, voire dépression... (...) des études montrent que le trop-plein numérique qui envahit nos existences tend à diminuer les capacités cognitives", peut-on lire en résumé du documentaire Hyperconnectés, le cerveau en surcharge.

> 10 entreprises qui favorisent la déconnexion de leurs cadres 

 

 

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par mail

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché