Anglais : les cadres français ont encore besoin d'une remise à niveau

par Cadreo




Si la France a progressé au niveau mondial, l'anglais pratiqué par ses cadres demeure insuffisant pour jouer dans la cour des grands.

Anglais_opt (2)Bien mais peut mieux faire. Au niveau mondial, la France a progressé de 8 places en un an, atteignant la 29ème position sur 72, selon le dernier indice développé par EPI, un organisme de formation linguistique. Avec une note moyenne de 54,75 - la moyenne mondiale se situe à 52,56 - ses habitants se situent parmi les pays ayant une pratique moyenne de l'anglais, aux côtés notamment de l'Ukraine ou du Kazakhstan. Loin derrière les Pays-Bas, premier du classement (73,83). Le niveau des Français correspond selon EPI à la possibilité "d'exprimer des opinions ou des faits sur des sujets abstraits ou culturels de façon limitée" et "rédiger des lettres ou prendre des notes sur des sujets familiers ou prévisibles". Mais c'est insuffisant pour mener et gérer des équipes à l'échelle internationale...

La faute à l'école ? Peut-être mais le Luxembourg qui consacre la même part de dépense pour ses étudiants (9,7%) et dont la durée des études est similaire à celle de la France (11 ans environ), se place pourtant au 7ème rang mondial... A noter que c'est en Île-de-France que les employés s'en tirent le mieux : avec une note de 56,22 ils sont largement au-dessus des habitants de Bourgogne-Franche-Comté (50,77).

Anglais-regions

36% des cadres estiment avoir un niveau "opérationnel"

Le faible niveau des Français en anglais n'est pas vraiment une surprise. Les cadres ne sont d'ailleurs pas dupes. Selon une autre étude, 36% des cadres estiment leurs compétences en anglais limitées et pour la moitié d'entre eux leurs lacunes constituent un frein à l'évolution de leur carrière.

> Réunion en anglais : les termes et les codes à connaître

Par exemple, près de 70% des cadres ont renoncé à une offre d'emploi alors que le niveau d'anglais requis était supérieur au leur et 80% se disent peu préparés à passer un entretien en langue étrangère. En 2015, l'EPI estimait qu'un salarié maîtrisant parfaitement l'anglais rapportait 128 000 dollars de plus par an à son entreprise. Les organisations, elles, se disent prêtes à verser des primes aux éléments parlant le mieux l'anglais et à abandonner le recours à des fournisseurs dont les employés parlent mal la langue de Shakespeare. Pour rester dans la compétition, les Français ont donc de  sérieux efforts à fournir.

Les cadres supérieurs ont le plus faible niveau

L'enquête EPI souligne de son côté que les cadres supérieurs ont un niveau d'anglais inférieur à celui des responsables d'équipe qu'ils chapeautent. Un phénomène "imputable aux différences de générations, car les adultes les plus âgés maîtrisent généralement moins bien les langues étrangères que les jeunes actifs", explique l'étude. Tout en précisant que les "entreprises gagneraient considérablement en efficacité si les cadres dirigeants parlaient aussi bien l'anglais que leurs subordonnés". A bon entendeur.

Anglais-Europe

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par mail

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché