Que répondre aux 7 questions les plus courantes en entretien d'embauche ?

par Cadreo




Ces questions, les recruteurs aiment toujours les poser. Voici quelques conseils pour y répondre du mieux possible.

Entretien-Embauche1) Parlez-moi de vous

Voilà, l'entretien d'embauche vient officiellement de commencer. Le but de la question : que vous résumiez votre parcours scolaire et professionnel de façon claire et concise. Inutile d'entrer dans les détails. Commencez par le dernier diplôme obtenu pour arriver très rapidement aux postes qui ont suivi. Le recruteur ne cherche pas, par cette question, à connaître votre personnalité mais à vérifier que vous êtes capable de tenir un discours cohérent et que vous correspondez bien à l'offre d'emploi.

Il faut que tout votre parcours lui paraisse logique. Par exemple : "J'ai toujours été orienté résultat. Dans mon dernier emploi, j'ai mis en place des outils pour mesurer l'impact de mon travail. Doté d'un bon relationnel et parce que j'ai pris plaisir à transmettre mes connaissances au reste de l'équipe, je suis rapidement passé manager. Mon style de management, un point important du poste auquel je candidate aujourd'hui, est avant tout participatif. J'aime que les collaborateurs puissent se révéler dans leur travail et se sentent autonomes dans leur mission". 

> 8 conseils pour réussir sa recherche d'emploi 

2) Quels sont vos qualités ?

On ne sait pas vraiment pourquoi, mais les recruteurs aiment encore poser cette question. Certainement parce qu'elle impressionne et qu'elle oblige les candidats à prendre du recul sur eux-mêmes et à faire preuve, en même temps, de retenue. Avant l'entretien, demandez-vous quels sont vos traits de caractère les plus importants. Si vous n'en trouvez aucun qui correspond au poste, sélectionnez une compétence concrète : "Ma meilleure qualité ? Mon niveau d'anglais". Evidemment, il faut que cela colle à l'offre d'emploi...

3) Quels sont vos points faibles ?

Le pendant négatif de la question ci-dessus. Evitez les réponses bateau type "Je suis trop perfectionniste", "Je suis trop consciencieux", "Je suis un bourreau de travail". Cela sonne faux et la ruse de déguiser un point positif en point négatif est éventée depuis longtemps. Alors que répondre ? En étant un petit peu plus honnête. "Je peux parfois être cassant avec mes collaborateurs mais c'est parce que  je pense qu'ils sont capables de faire davantage. Néanmoins, je travaille sur moi pour adapter mon mode de communication". Vous montrez que vous êtes critique et que vous avez envie de vous améliorer.

4) Pourquoi vous et pas un autre ? 

"Parce que je suis le meilleur !" Cette réponse est tentante et probablement juste. Mais pour prouver que vous êtes vraiment spécial par rapport aux autres candidats, il faudra l'étayer. Toujours en fonction du poste à pourvoir évidemment. Aujourd'hui, parmi les qualités les plus appréciées des recruteurs, les soft skills - comprendre les traits de personnalité - sont particulièrement recherchés. Insistez alors sur votre goût pour l'apprentissage, votre capacité à fédérer, votre adaptabilité, votre positivité, etc. Quand tout le monde ou presque a les mêmes compétences techniques, il faut savoir se démarquer par ses compétences humaines ! Évitez d'être trop arrogant et d'obtenir l'effet inverse.

> CV : comment mettre ses soft skills en avant ?

5) Où vous voyez-vous dans cinq ans ?

A la place du chef évidemment. Si vous rêvez d'une carrière fulgurante tous les matins en vous rasant, votre ambition doit être un minimum bridée lors de l'entretien d'embauche. D'autant qu'il n'est pas sûr que l'entreprise puisse vous proposer un tel plan de carrière. Vous risquez aussi de donner l'impression que vous quitterez le navire au bout de 6 mois pour la première offre venue. Alors, où vous voyez-vous dans 5 ans ? Ni court-termiste, ni long-termiste, dites que durant les 2 premières années, vous serez en phase d'apprentissage, que pendant les deux années suivantes vous serez dans une phase de création et qu'ensuite vous aviserez en fonction des perspectives qui s'offrent à vous.

6) Pourquoi travailler chez nous ?

Cette question permet au recruteur de savoir si vous correspondez aux valeurs de l'entreprise. Vous n'êtes pas là parce que vous avez besoin d'un emploi mais parce que vous êtes fait pour cette entreprise. Dynamisme, réactivité, créativité... Là encore, vous pouvez miser sur vos compétences humaines pour vous démarquer.

7) Quelles sont vos prétentions salariales ?

Cette question est redoutée des candidats. Si vous annoncez un salaire trop élevé, vous risquez de passer à côté du poste. Des prétentions trop faibles et vous regretterez amèrement de ne pas avoir bien négocier votre salaire d'entrée. Si vous postulez alors que vous êtes toujours en poste, annoncez très clairement combien vous gagnez aujourd'hui et combien vous souhaitez en intégrant ce nouveau poste. Si vous prenez des responsabilités, vous pouvez chiffrer financièrement le travail supplémentaire à venir. Si vous ne vous sentez pas en "position de force", tentez de connaître le plus précisément possible les salaires pratiqués dans votre domaine d'activité. Dans tous les cas, vous ne devez pas vous brader. N'ayez pas peur de dire que vous ne descendrez pas en dessous de tel salaire. De même, il est préférable d'indiquer une fourchette de salaire : entre 42 et 45 000 euros par exemple. Cela donne une marge de main d'oeuvre au recruteur. Et ce dernier comprend que vous êtes prêt à faire des concessions...

> Bien payé ? Pour le savoir, utilisez notre outil salaire

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par email

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché