7 techniques crédibles pour esquiver une réunion

par Cadreo




Face à la réunionnite comment réagir ? La première stratégie consiste à améliorer l'organisation des réunions et leur efficacité. La deuxième consiste à éviter d'aller aux réunions inutiles. Voici dix bonnes excuses que les cadres et dirigeants sont en droit d'utiliser... avec modération.

Reunion-escape

 

1. Faire comme si de rien n'était

Bien sûr vous avez reçu l'invitation Outlook il y a bien longtemps et vous l'avez acceptée. Mais qu'est-ce qui vous empêche de ne pas vous rendre à cette réunion ? Fermez votre porte, décrochez votre téléphone, prenez un air grave, quitte à écouter du Wagner sur votre ordinateur... Personne ne viendra vous déranger.

2. Disparaître au café d'en bas

Il n'y a rien de pire que d'être interrompu dans votre travail par une réunion dont vous savez d'avance qu'elle n'aura aucun intérêt. Dans 99% des cas elle se termine par la programmation d'une nouvelle réunion sur le même sujet, 15 jours après, pour voir à nouveau à quel point les choses n'ont pas avancé. La solution alternative : la fuite, temporaire, dans un espace de travail alternatif comme un café avec du wifi, chez Starbucks par exemple. Finissez la journée là-bas ou revenez au bout d'une heure l'air de rien, sans aucune explication.

3. Programmer une autre réunion beaucoup plus importante

Décliner une réunion avec des collaborateurs, c'est toujours un peu gênant, surtout quand c'est la 3ème fois de suite. Reste l'argument imparable : "ça tombe mal j'ai un Codir ce jour-là" ou "j'ai une conf-call avec la Chine, ça ne peut pas attendre" ou encore, "j'ai un meeting de dernière minute avec les actionnaires". De toute manière, personne n'ira vérifier, c'est qui le boss d'abord ?

4. Remettre en cause le bien-fondé de la réunion

1 heure avant la réunion, il est toujours possible d'envoyer un mail très froid pour indiquer " qu'au vu de l'ordre du jour et des documents transmis, le dossier ne semble pas encore abouti ". En conclusion : "Merci de retravailler les slides et les argumentaires, nous programmerons une réunion dès que j'aurais reçu votre nouvelle version". Une manière simple de dire à la fois que vous étiez en train de préparer sérieusement la réunion, mais que vous avez bien vu que le travail n'était "ni fait ni à faire". En clair : "avant de me déranger, préparez un peu mieux les dossiers !" Non mais.

5. Avoir un rendez-vous extérieur impromptu

Vous aviez prévu de rentrer spécialement pour cette réunion qui s'annonçait soporifique. Malheureusement, les aléas des déplacements professionnels (ou des contraintes personnelles imprévues) font que vous devez prolonger votre absence et que les participants devront (malheureusement) se passer de vous et prendre les décisions qui s'imposent sur ce dossier. Savoir déléguer, c'est important.

6. Plaider l'incident de transport

C'est l'alibi le plus efficace, s'il est utilisé avec parcimonie. Votre train / avion / taxi / véhicule de location a eu un problème. Si l'excuse est bidon, ne rentrez pas dans les détails, dites-en le moins possible, ne téléphonez pas, envoyez juste un mail pour annoncer votre absence à cette fameuse réunion en raison d'un "incident voyageur". Restez aussi imprécis que possible comme le ferait un contrôleur SNCF qui n'a aucune idée de ce qui se passe réellement à l'autre bout du train.

7. (Re)Jouer le malade imaginaire

Les autres participants de la réunion-cauchemar ne vous en voudront pas, au contraire, si vous annoncez que vous ne venez pas en raison d'une grippe ou d'un méchant virus très contagieux. Evidemment, l'alibi médical est toujours un peu risqué, il vaut mieux se limiter à une utilisation par hiver, ou par saison.

Finalement le meilleur alibi, c'est peut-être la franchise de dire que vous passez déjà beaucoup trop de temps en réunions (16 ans pendant toute votre carrière, c'est la moyenne pour un cadre) et que celle-là vous n'avez vraiment, mais vraiment pas, envie ni besoin d'y aller.

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par mail

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché