Les astuces de 3 cadres pour bien déconnecter en vacances

par Cadreo




PAROLES DE CADRES - S'ils rêvent de déconnecter, près de 30 % des cadres travaillent durant leurs congés. Alors qu'il est de plus en plus difficile de faire la part des choses entre vie pro et vie privée, 3 cadres expliquent comment ils gèrent, plus ou moins radicalement, cette période qui devrait être réservée à leur tranquillité...

La France championne de la déconnexion ? Sur le papier, cela ne fait aucun doute. Surtout après le vote du droit à la déconnexion votée au 1er janvier 2017. Dans la réalité, les choses sont plus mitigées. 27 % des cadres travaillent le soir à la maison, près de la moitié durant les week-ends et plus d'un quart durant leurs vacances...

Certes, les choses ne sont pas nouvelles : avant Internet et les téléphones portables, les cadres faisaient déjà des journées à rallonge et pouvaient recevoir des coups de téléphone à leur domicile et retournaient au travail en cas d'urgence. Mais la frontière vie pro - vie privée en a quand même pris un coup ces dernières années. Une connexion Wifi à l'hôtel et on se laisse tenter à vérifier ses mails pro. Pourtant, tout le monde a conscience des ravages de l’hyper-connexion : stress, perte de concentration, épuisement mental, voire burnout... Comment réussir à mettre son cerveau au repos, à laisser le travail derrière soi durant ses vacances ? Trois cadres expliquent comment ils tentent de déconnecter.

> Droit à la déconnexion : ce que cela va changer pour les cadres

Thierry Dias, ancien cadre dans l'automobile, reconverti dans les services aux entreprises : "La seule solution que j'ai trouvée c'et de partir en zone blanche et m'assurer que je n'aurais aucune connexion pendant mes vacances. Autant dire que je déconnecte très peu... J'ai en effet une fâcheuse tendance à lire régulièrement mes mails et à décrocher mon téléphone. Ce n'est pas que me je sente indispensable, mais il est possible qu'un collaborateur appelle suite à une demande urgente d'un client par exemple. Si je ne décroche pas, les choses n'avancent pas ou en tout cas, seront ralenties jusqu'à mon retour. Dans ces cas, je prends 5 minutes pour répondre, d'autant qu'aujourd'hui avec les nouvelles technologies, plus personne n'aime attendre une heure avant d'avoir la réponse à sa question".

MGermontMaurice Germont, ex-DGA Partex SAS : "Travailler durant ses vacances ou les week-ends, c'est tout simplement une aberration pour moi. Nous n'avons pas à nous rendre esclave de la structure pour laquelle on travaille. C'est très simple, en vacances je débranche mon téléphone personnelle et je ne dis à personne où je vais ! C'est la meilleure solution pour avoir la paix". 

BFaverialBenoît Faverial, fondateur d'Human Forum, un centre de conseil et de formation dédié à la transition numérique des métiers et des organisations : "Avec mes associés, nous avons la chance de pouvoir organiser notre emploi du temps comme bon nous semble. S'il faut travailler un dimanche sur un sujet urgent, nous n'y voyons aucun problème, le mardi sera "off" si nous n'avons rien à faire ce jour-là. Les limites à cette organisation : ne plus jamais poser de jours de congés. C'est pourquoi nous nous obligeons à faire des breaks et à déconnecter régulièrement du travail. Encore plus radical, j'ai 2 cartes SIM, l'une pro, l'autre perso. Je ne prends plus jamais la carte pro en vacances. Et j'évite autant que possible, en congés, de me rendre dans des lieux où il y a Internet. C'est nécessaire de couper sinon, très vite, la motivation et la créativité baissent". 

Photo Istock PeopleImages

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par email

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché