Augmentation de salaire ou voiture de fonction, il faut choisir

par Cadreo




Depuis les années 90, les ventes de véhicules particuliers aux entreprises ne cessent de progresser. Une hausse qui s’explique par l’avantage que ces flottes représentent pour l’entreprise comme les cadres qui en bénéficient. Surtout quand ces derniers peuvent négocier le choix de la voiture...

VoitureFonctionRingarde l’automobile ? Pas dans les entreprises en tout cas. Les voitures de fonction, malgré l’image dégradée de l’auto, continuent de progresser dans les sociétés à tel point qu’avec 730 763 ventes de véhicules de particuliers en 2015, les entreprises ont largement soutenu le secteur automobile. « Le marché des entreprises (administrations, loueurs longue durée et sociétés hors automobiles) représentait à la fin de l’année 31,85% de l’ensemble du marché automobile national, contre 30% en 2012 », détaille sur son site l’Observatoire du véhicule d’entreprise. Et pour cause, une voiture de fonction, c’est gagnant-gagnant. Pour les entreprises c’est moins coûteux qu’une hausse de salaire pour fidéliser leurs cadres, le véhicule de fonction apparaissant telle une charge dans les comptes, donc déductibles de leurs résultats. Pour les cadres, même s’ils sont imposables sur le dispositif de l’avantage en nature, cela revient nettement moins cher que l’achat de leurs propres véhicules. Sans parler du standing…

Cash or car ?

Le montant de l’avantage en nature d’un véhicule de fonction peut se calculer de deux façons différentes au choix du dirigeant : soit en fonction des frais réellement engagés, soit de manière "forfaitaire". Pour mieux comprendre l’avantage d’un véhicule de fonction, le groupe Arval a publié un exemple d’étude chiffrée nommé « Cash or car ? » Ainsi, dans le cas d’un cadre marié avec trois enfants, disposant d’un revenu brut de 100 000 euros et ayant acheté une Peugeot 3008 1.6 Hdi à ses frais, son revenu disponible s’élève à 60 034 euros. S’il demande une augmentation annuelle de 6 000 euros et qu’il paie son véhicule, son revenu disponible baisse à 57 094 euros. A l’inverse, s’il conserve son salaire de 100 000 euros mais bénéficie d’un véhicule de fonction, avec l’avantage en nature déclaré, son revenu disponible bondit à 66 952 euros…

Et pour l’entreprise ? Selon les calculs du magazine Kilomètres entreprise, si un salarié gagnant 70 000 euros voulait acquérir une Peugeot 5008 pour rouler 22 000 kilomètres par an, ce véhicule grèverait son revenu de 13 400 euros. Une augmentation que lui refuserait probablement son entreprise, ses 13 400 euros coûtant en réalité 20 100 euros avec les charges patronales. Mais si son patron lui propose ce même modèle de fonction, la voiture ne coûte plus que 1 100 euros brut par an à ce cadre et seulement 10 100 euros à l’entreprise…

Quels arguments pour négocier sa voiture de fonction ?

Pour l’entreprise, la voiture de fonction revient moins cher qu’une augmentation. Un argument à faire valoir lors des négociations. Si votre patron tique encore, voici quelques conseils pour lui faire définitivement changer d’avis.

1. L’écologie

La taxe sur les véhicules de société (TVS) est calculée en fonction du bilan carbone de la voiture. Son montant varie entre 400 et 480 euros pour des émissions de CO2 par kilomètre inférieures à 120 grammes. Au-delà de 140 grammes, la TVS peut s’échelonner entre 1 400 et 3 000 euros. Bref, en choisissant un petit véhicule, vous sensibiliserez davantage votre patron…

2. Vos réussites personnelles

Le projet mené depuis un an s’avère être un succès ? Pourquoi ne pas faire valoir vos résultats pour demander à changer de véhicule. De préférence le modèle au-dessus. Mieux qu’une prime, votre patron ne vous retirera pas ensuite votre voiture de fonction…

3. Mettre au pot

Il est également possible de participer à l’acquisition du véhicule. Selon le magazine Capital, 80% des commerciaux de Pernod roulent ainsi en 3008 ou en Scénic plutôt qu’en Mégane ou Golf pour environ 100 euros de plus par mois.

4. Faire jouer la concurrence

C’est peut-être moins vrai depuis le scandale Volkswagen mais les voitures allemandes sont connues pour être moins polluantes que les françaises. Si elles émettent moins de CO2, leur TVS est moindre. Un argument à faire valoir auprès de votre patron…

Quelles sont les voitures de fonction préférées des entreprises ?

C’est le segment des voitures économiques, composé essentiellement de véhicules essence, que les entreprises ont le plus acheté en 2015. Sur les trois premières marches : Renault Twingo, Fiat 500 et Peugeot 108 qui remplace la Renault Zoé électrique. Sur le segment inférieur, Renault Clio progresse, suivie par la Peugeot 208 et la Citroën C3. Sur le segment moyen-inférieur, c’est Peugeot et sa 308 qui sont au premier rang, Renault s’empare de la deuxième place avec le modèle Mégane devançant ainsi la C4 Picasso de Citroën.

Sur le segment moyen supérieur, Peugeot garde la tête avec sa 508 et Volkswagen Passat détrône le best-seller de chez Nissan, le Nissan Qashqai. Sur le segment supérieur, le nouveau Renault Espace prend la première place devant la BMW Série 3 et le Volvo XC 60 sur les deuxième et troisième marches du podium. Enfin, sur le segment luxe, l’Audi A6 reste en tête suivie par la BMW X5 et la Série 5.

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par mail

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché