Pourquoi les cadres veulent devenir leur propre patron

par Cadreo




70 % des cadres se déclarent intéressés par l'entrepreneuriat selon l'Apec.

Demain tous entrepreneurs ? Même si 87 % des actifs sont en CDI, l'emploi non salarié ne cesse de progresser depuis 2008, représentant 12 % des travailleurs en 2016. A tel point que dans son ouvrage Travail, la soif de liberté, Denis Pennel, directeur général de World Employment Confederation, estime que "la servitude volontaire des individus au salariat" est proche de la fin. En tout cas, l'entrepreneuriat ne fait plus peur et les nouvelles formes de travail (portage salariale, groupement d'employeur, pluri-activité, etc.) "suscitent un intérêt certain chez sept cadres en poste sur 10", détaille l'Apec dans une note de synthèse. Autres facteurs qui poussent à se tourner vers l'entrepreneuriat : un accident de parcours professionnel ou, pour les jeunes, le fait de ne pas trouver d'emploi.

L'association pour l'emploi des cadres a voulu comprendre les motivations de ces salariés qui ont quitté leur employeur. Flexibilité, autonomie et goût du challenge sont notamment cités.

> Reconversion : ces cadres qui ont changé de vie

" Restaurer la flexibilité"

"L’accès aux nouvelles formes d’emploi relève avant tout d’une conjonction de facteurs de différents ordres. C’est en effet généralement un contexte particulier qui favorise la bascule vers une nouvelle forme d’emploi", explique l'Apec. Mais souvent, s'ils quittent le salariat c'est pour retrouver de l'autonomie dans leur travail, assurer un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle et de "restaurer de la flexibilité, d'avoir la possibilité de s'organiser différemment". Même s'ils doivent pour cela travailler davantage. Ces aspirations sont communes à tous les cadres, quel que soit leur âge ou leur expérience professionnelle.

> Alison Chauvel, parisienne elle est partie apprendre le vin en Bourgogne

Monter en compétences

Les cadres peuvent aussi vouloir monter leur entreprise pour se challenger. "Le sentiment de ne plus progresser dans leurs fonctions ou attributions, de ne pas avoir de perspectives d’évolution métiers au sein de l’entreprise (acquisition de nouvelles compétences ou de savoir-faire) et ne plus partager la vision ou l’orientation stratégique de l’entreprise portée par la hiérarchie ou l’encadrement" sont des motifs de bascule vers une nouvelle forme d’emploi, explique l'Apec. En créant leur entreprise, les cadres peuvent valoriser leurs compétences, en développer de nouvelles.

Un environnement sécurisant

Mais on ne quitte pas un CDI sans un minimum de garanti. L'ensemble des cadres interrogés par l'Apec déclarent en effet avoir pu mener leur projet grâce au soutien parental et/ou du conjoint et parce qu'ils évoluaient dans un "environnement favorable, susceptible d'amortir la prise de risque inhérente au choix d'une nouvelle forme d'emploi".

> Les cadres seniors, mal-aimés de l'entreprise ?

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par email

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché