Comment vaincre la malédiction du talent ?

par Cadreo




En 2016, la Harvard Business Review publié un article, "The Talent Curse" dénonçant la mauvaise gestion des gens talentueux en entreprise. Soumis à un trop plein d'attentes, ils risquent notamment de sombrer dans le burnout.

Il s'appelle Thomas, il vient de négocier un contrat à 1,3 milliard de dollars pour le fond d'investissement où il travaille et pourtant il décide, du jour au lendemain, de quitter son entreprise. Sans fournir aucune explication.

Innovant, efficace et créatif, il avait toutes les qualités recherchées par son employeur. Seulement voilà, Thomas souffre de surmenage, il subit la malédiction du talent, "The Talent Curse", selon l'article de Jennifer et Gianpiero Petriglieri, paru dans la Harvard Business Review.

"Je ne pouvais pas ralentir"

En situation de burnout, Thomas "s'est senti piégé par les attentes de son entreprise", soulignent les deux auteurs. Mais, bon élève, il ne voulait pas décevoir son employeur et pour lui montrer qu'il était digne de confiance, il ne ne voulait pas se "désengager de la voie rapide, je ne pouvais donc pas ralentir", explique-t-il aux deux professeurs à l'Insead. Comme lui, de nombreuses personnes douées finissent par s'effondrer. Comment l'expliquer ? Pour les chercheurs qui ont interrogé des centaines de cadres supérieurs, leurs supérieurs leur demandent à la fois d'être révolutionnaires et de gagner l'approbation de l'entreprise et des personnes qu'elles encadrent. "La tension inhérente entre ces deux quêtes les épuise".

Les plus talentueux se trouvent également rapidement pris au piège des attentes suscitées. Dit autrement, la "combinaison idéalisation et identification les détruit". Camille, interrogée par le journal suisse Le Temps, était devenue indispensable, remplaçant par exemple son supérieur lors de réunions stratégiques. Le spectre de ses missions est de plus en plus important, jusqu'à saturation. Elle perd en motivation et quand elle tire la sonnette d'alarme, elle s'entend répondre "Tout est prioritaire".

Briller sans se brûler les ailes

Comment éviter que le talent soit une malédiction conduisant au burnout ? A la HBR, Carol Dweck, une psychologue et professeure à l'université de Stanford, estime qu'il est possible de "briller sous le prisme grandissant des attentes sans se brûler les ailes à condition que des protections soient mises en place". Elle évoque ainsi la prophétie auto-réalisatrice : si une personne s'améliore en fonction de la foi qu'elle place dans sa réussite, des attentes trop élevées lui font craindre l'échec et donc finissent par la démotiver. Les plus talentueux perdent confiance et finissent par devenir ordinaires aux yeux des entreprises...

> Le syndrome de l’échec programmé ou quand les managers démotivent les employés

Autres conseils émis par les professeurs de la HBR :

  • Avoir du talent ne veut pas dire être possédé par son talent. Plutôt que de partir bille en tête, persuadées qu'elles doivent en faire plus que les autres, les personnes talentueuses doivent au contraire travailler en équipe et réaliser leur mission avec les autres.
  • Venir comme on est au travail. Il est tentant de ne se montrer que sous son meilleur jour, surtout quand les autres louent cette qualité. Mais c'est en étant déviant que l'on peut être créatif. "Les managers empathiques sont parfois submergés par leurs émotions. Ne combattez pas cette face sombre de votre personnalité et donc de votre talent. Apprenez au contraire à les canaliser".
  • Valoriser le présent. C'est l'étape la plus importante pour briser le talent. Plutôt que de penser qu'un poste est un tremplin vers de plus grandes opportunités, il faut au contraire l'envisager comme une destination. Pourquoi ? Tout simplement pour profiter pleinement de l'expérience. De même, il faut bien comprendre que les attentes et les pressions placées sur les épaules des leaders ne sont pas des tests. Elles sont inhérentes à la fonction de leader. Pour durer sur le long terme, il faut donc identifier les ressources utiles pour y faire face le plus longuement possible, sans s'user.

> Comment devenir un leader et pas un "simple" chef ?

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par email

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché