Concilier voyages d’affaires et loisir : l’art du « bleisure »

par Cadreo




Les Français seraient passés maîtres dans le "bleisure", l’art d’associer voyages d’affaires et voyages de loisirs.

BleisureConnaissez-vous le « bleisure » ? Contraction de "business" et de "leisure" (le loisir), cette expression anglo-saxonne illustre une nouvelle tendance du voyage d’affaires où la frontière entre vie professionnelle et vie privée tend à s'effacer. Un peu comme le blurring à domicile ou au bureau, le leisure est un mélange des genres dans le cadre des déplacements professionnels.

Ces courts séjours ne sont pas uniquement ponctués de rendez-vous business, de réunions avec des clients ou de salons pros ou autres conférences et congrès. Ils sont aussi l’occasion de faire un peu de tourisme, un bon moyen d’allier l’utile à l’agréable. Et dans cet art de réconcilier les extrêmes, les Français excellent particulièrement.

Les Français font plus de déplacements pros que les autres…

D’après une étude récente réalisée par Egencia sur ce phénomène, les Français font en effet partie des Européens qui se déplacent le plus pour le travail. 50% des personnes interrogées par l’agence business qui dépend du groupe Expedia réalisent ainsi entre 3 et 5 voyages d’affaires par an, alors que les Britanniques ne sont que 36% à se déplacer à une telle fréquence.

24% en profitent pour faire du tourisme

Pas étonnant dès lors que nos compatriotes en profitent pour prolonger leur séjour par un week-end, parfois en invitant leur famille à les rejoindre. Près d’un quart des Français (24%) cèderaient ainsi à la tentation du bleisure « en rajoutant quelques jours au début ou à la fin de leurs séjours, pour profiter de moments de détente ». Alors que seulement 20% des Allemands et seulement 10% des Anglais étendent leur durée de voyage pour des raisons personnelles.

Des différences de pratiques selon les pays européens

« Nous observons ce phénomène dans tous les pays où nous avons réalisé cette étude, cependant il y a des différences qui sont surprenantes – par exemple, malgré les contraintes, les français associent motivation et joie au voyage d’affaires, alors que les anglais se déclarent plus fatigués et stressés par ce dernier» indique Christophe Peymirat, vice-président sénior d’Egencia pour la zone EMEA. Les Français se montrent donc opportunistes. Voyageurs fréquents, ils en profitent pour découvrir de nouveaux endroits. C’est d’ailleurs l’activité la plus appréciée pendant les voyages d’affaires « plutôt que de rester connectés avec leur travail ou de passer du temps avec des collègues ».

Dernier signe qui ne trompe pas : 42% des voyageurs d’affaires français emportent un guide touristique dans leurs bagages…

Bleisure-Egencia

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par mail

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché