Vous êtes débordé ? Vraiment ?

par Cadreo




Pour se faire bien voir, il est de bon ton de prétendre ne pas avoir une minute à soi. Pourtant, en 40 ans les salariés ont gagné près d'une heure de loisirs par jour. Alors pourquoi se dit-on "overbooké" ?

Sous l'eau ! De nombreux employés n'ont que cette expression à la bouche, persuadés de réaliser tous les jours une course contre la montre... Et elles le pensent sincèrement. Les nord-américains par exemple étaient 34 % à se dire débordés en 2004 contre 24 % en 1965. Mais la réalité est tout autre. Les chercheurs du Centre pour la recherche sur les usages du temps de l'Université d'Oxford ont démontré, en décortiquant des milliers de carnets d'emploi du temps de cobayes, comment le rythme des Occidentaux a plutôt décéléré ces dernières années.

Entre 1961 et 2001, les hommes britanniques ont gagné 50 minutes de loisir par jour. Pour les femmes, c'est plus nuancé. Le temps qu'elles consacraient aux tâches ménagères est désormais dédié au travail. Les parents célibataires et les parents de jeunes enfants qui mènent une carrière de haut niveau font exception. Eux sont réellement débordés. Les autres exagèrent...

Une étude menée cette fois aux Etats-Unis démontre que les salariés ont tendance à prétendre travailler entre 5 et 10 % de plus qu'ils ne le font. Selon les générations - ou peut-être plus vraisemblablement selon l'âge - on surestime différemment son emploi du temps. Une étude menée par Havas dans 28 pays conclut ainsi que 40 % des sondés font semblant d'avoir un planning surchargé, dont 51 % parmi la génération Y, 36 % pour les X et seulement 26 % pour les boomers. A 25 ans, il faut encore tout prouver...

Faire croire plutôt que faire...

Une autre étude confirme cette tendance à l'exagération. Selon la Questrom School of Business de l'Université de Boston, les workaholics affirment travailler plus de 80 heures par semaine. Il n'en est rien selon les chercheurs : ces bourreaux de travail consacrent beaucoup moins de temps à leur travail mais ils donnent l'illusion de se consacrer à fond à leur entreprise. Sans surprise, les hommes ont davantage à faire croire plutôt qu'à simplement faire leur travail.

> Au travail, le planqué n’est pas toujours celui qu’on croit

La plupart des salariés ont beau être de bonne foie, ils mentent. Mais pour quelles raisons ? Un article paru dans The Atlantic rappelle comment être surchargé est aujourd'hui une "marque de respectabilité". Etre "busy" donne du sens à la vie ou permet de ne pas trop y réfléchir finalement. Les smartphones tendent encore plus à donner cette impression de courir après le temps : on rit au bureau devant des vidéos de chat et on répond à des mails pro le soir depuis son lit.

La culture du présentéisme accentue également cette illusion. Rester tard le soir au bureau quitte à ne rien faire sauf à se faire voir... Comme l'exprime la loi du travail de Parkinson  : finalement "l’homme le plus occupé est celui qui a le plus de temps libre"...

> 9 astuces pour ne plus être débordé au travail

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par mail

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché