Droit à la déconnexion des cadres : le débat relancé

par Cadreo




Le droit à la déconnexion pour les cadres revient sur le devant de l'actualité avec la rentrée. La CGT cadres vient de lancer une campagne à ce sujet et réclame des négociations.

enter image description here

Au mois d'avril dernier le droit à la déconnexion avait fait grand bruit à l'étranger. Les médias anglo-saxons s'étaient moqués de l'accord signé au Syntec prévoyant "une obligation de déconnexion des outils de communication à distance" (ordinateurs portables et smartphones en particulier) pour près de 900.000 cadres dépendant de cette convention collective.

Les cadres ne déconnectent jamais de leur travail

Depuis, le débat a fait son chemin et la question de la dépendance numérique aux outils de communication apparaît désormais comme une réalité. La récente enquête de cadreo a d'ailleurs montré que les cadres ne se déconnectaient jamais vraiment de leur travail et que cela générait du stress pour bon nombre de salariés et dirigeants.

"Travail dissimulé"

Avec la rentrée et les polémiques politiques au sujet du temps de travail et des 35 heures, l'UGICT-CGT a choisi de remettre le sujet sur la table en lançant une campagne sur le droit à la déconnexion. Pour le syndicat en effet, "la généralisation de l'usage des TIC pour des raisons professionnelles en dehors des horaires et lieux de travail constitue donc un forfait-jour qui ne dit pas son nom". La CGT va même plus loin en affirmant que le travail effectué à distance en dehors des horaires s'apparente à du "travail dissimulé".

Des propositions pour mieux encadrer le travail

Le syndicat formule différentes propositions pour encadrer l'usage des technologies de communication et protéger la vie privée des cadres ingénieurs et techniciens, garantir le décompte et la récupération des heures supplémentaires que représentent le travail à distance via les TIC et de mieux réglementer le télétravail et les déplacements professionnels.

Une campagne décalée... par mail

Pour attirer l'attention sur ces questions le syndicat vient de lancer un site dédié au droit à la déconnexion avec un simulateur d'heures sup', une pétition et une grande consultation. Pour appuyer son opération, le syndicat a également choisi l'humour en envoyant ses affiches dans un mail dont l'objet est "Urgent : à faire pour demain", suivi de ce message d'avertissement : "si vous lisez ce mail entre 21h et 6h du matin, il ne faut pas vous étonner d'avoir des problèmes de couple". Histoire d'attirer l'attention des cadres sur la question des temps de repos et le travail de nuit dissimulé que constitue le fait de répondre à ses mails pro le soir dans son lit avant de se coucher.

enter image description here

En Allemagne aussi le sujet fait débat

Et le débat ne se limite pas à la France, en Allemagne aussi un projet de loi, porté par la Ministre du Travail social démocrate, Andrea Nahles, va être proposé par le gouvernement. Il portera de manière globale sur le stress au travail, un sujet sensible Outre-Rhin et comportera un volet sur les TIC. En particulier sur l'interdiction d'envoyer des mails professionnels ou de recevoir des coups de fil pro pendant les vacances.

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par mail

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché