Etes-vous un micro-manager ?

par Cadreo




Notamment excessif dans sa façon de contrôler les collaborateurs, le micro-manager peut facilement décourager. Voici quelques signaux pour détecter et si possible lutter contre le micro-manager en vous...

Micromanagement

Micro-management : "style de management où le manager observe ou contrôle étroitement le travail de ses subordonnés ou employés. Ce type de management se caractérise par un contrôle excessif, ou donnant trop d'attention aux détails". Voici pour la définition. Mais comment reconnaître son propre management et être certain de ne pas souffrir d'une telle déviance ? Voici 5 points pour déterminer si vous êtes un micro-manager.

1) Troubles de la délégation Ils sont les meilleurs ou du moins en sont persuadés. Personne n'étant capable de faire un meilleur travail qu'eux, ils ne délèguent pas mais au contraire noient les collaborateurs sous une foule d'instructions. Ou comment les empêcher de progresser et/ou de montrer ce dont ils sont capables.

2) Les rois de la vérification

Ils sont toujours là à vérifier l'état d'avancement des tâches. Bien sûr, un manager a le droit, voire le devoir de connaître le travail de ses collaborateurs mais un micro-manager peut facilement mettre son nez plusieurs fois par heure dans  leur tâche. Et à rectifier si la façon de procéder ne lui plaît pas...

3) Ils adorent les reportings

Combien de reportings exigez-vous de vos collaborateurs ? Sont-ils seulement utiles ? Dans leur délire de contrôle, les micro-managers demandent à ce que chaque tâche fasse l'objet d'un reporting et dans le détail ! Des détails sans intérêt qui ne sont au final qu'une perte de temps et de talents... Pire : il peut souvent bloquer sur le négatif.

4) Troubles de la communication

Vous parlez et ils écoutent ? Si chacune de vos réunions se déroule ainsi, vous êtes probablement un micro-manager. Sentez-vous que vos collaborateurs sont heureux et se sentent libres de parler en réunion ? Non... Peut-être avez-vous trop tendance à dicter sans écouter ce que les autres doivent faire... Dans leur malheur, les collaborateurs du micro-manager doivent aussi supporter sa réunionite. Plus les réunions sont fréquentes et nombreuses mieux il se porte. Autre problème de communication : la rétention d'informations. Un bon moyen de garder le contrôle...

5) Ils sont dans le déni

Tous les micro-managers semblent le répéter : "Je ne suis pas un micro-manager". Difficile en effet pour eux d'assumer un portrait si peu flatteur. Leur soif de contrôle ils la justifient alors par la nullité des collaborateurs. Leur passion pour la réunion "Mais justement c'est pour mieux communiquer avec eux"...  Bref, difficile de leur faire entendre raison.

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par mail

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché