Et si pour évoluer vous quittiez votre entreprise ?

par Cadreo




Pour faire carrière, il ne faut pas être frileux, selon Isabelle Sathic. Dans la revue Harvard Business Review, cette experte en outplacement dévoile trois bonnes raisons de négocier son départ pour mieux rebondir ensuite.

NegociationL’ambiance au travail  ou encore vos missions ne vous satisfont plus ? Et pourtant vous vous accrochez à votre poste, le temps – dites-vous - de trouver mieux. Et si c’était la pire manière de gérer votre carrière ?  Dans la revue HBR, l’experte en outplacement Isabelle Sathic explique estime que c’est en prenant l’initiative d’un départ négocié que l’on peut ensuite aller de l’avant. Risqué ? Pas forcément…

Un cadre ne peut pas être au chômage ? Faux !

Le regard des recruteurs a évolué. Pour ces derniers, il n’est plus louche qu’un cadre supérieur ou un dirigeant soit en recherche d’emploi. Un cadre au chômage n’est plus nécessairement un employé qui aurait démérité dans ses fonctions précédentes. C’est encore plus vrai pour les dirigeants assis sur des sièges éjectables en cas de changement de stratégie, explique Isabelle Sathic. N’ayez donc plus peur d’être sur le marché de l’emploi. Cela n’est plus un obstacle pour votre carrière.

Il est plus facile de trouver un emploi en étant en poste ? Faux !

Pour les cadres, les opportunités d’emploi passent à 80% par leur réseau professionnel. Si vous cherchez à changer d’emploi, il vous faudra bien échanger avec vos connaissances. En poste, cela sera difficile. À l’inverse en recherche d’emploi, il sera plus facile de solliciter votre réseau. Et encore plus facile de vous organiser pour passer des coups de fil à des entreprises, vous rendre à des entretiens d’embauche sans prendre le risque d’être repérer par vos collègues… De même, si vous changez votre statut LinkedIn, aucun risque que cela alerte votre hiérarchie ou un collègue malveillant. Bref vous vous sentirez plus libre. Un sentiment important alors « qu’il faut, en moyenne, contacter 100 personnes de son réseau pour identifier 10 pistes et aboutir à un emploi », selon Isabelle Sathic.

Autre avantage à quitter votre poste : si vous êtes aujourd’hui insatisfait il y a fort à parier que cela vous impacte. En termes d’énergie votre démotivation pèse et c’est prendre le risque de pourrir la situation avec votre actuel employeur…

Négocier, ce n’est pas subir ? Vrai !  

Si vous quittez votre entreprise, la phase négociation est une bonne opportunité de partir le cœur léger et le portefeuille un peu plus garni. Vous pourrez en effet obtenir quelques mois de salaire supplémentaires, ce qui au final sera du temps supplémentaire pour réfléchir à votre recherche d’emploi. Quel est l’intérêt pour votre employeur d’accepter vos conditions, pensez-vous ? Tout simplement car il est plus intéressant de négocier avec un salarié démotivé que d’avoir à conserver un salarié qui s’accroche à son poste.

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par mail

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché