Il n'existe que deux solutions pour garder vos meilleurs salariés selon Google

par Cadreo




​Perdre ses meilleurs employés peut coûter cher mais il est toujours possible de les fidéliser...

"Les gens ne restent pas pour l'argent" ! La preuve, explique au journal Independent Laszlo Bock, ancien responsable des RH de Google, à peine 1/3 des cents premiers employés continuent de travailler pour l'entreprise malgré les sommes importantes perçues après l'introduction du titre en bourse.

Si peu d'entreprises savent comment fidéliser leurs salariés, Bock estime qu'il n'y a en fait que deux options pour éviter qu'ils démissionnent...

13 signes qu'un de vos collaborateurs va démissionner

1) La qualité de leurs collègues 

La phase de recrutement est extrêmement importante, explique Laszlo Bock. Pour favoriser un environnement de travail qui donne envie aux salariés de rester à son poste, il faut qu'ils travaillent avec des collègues stimulants. Au sein de Google, quel que soit le poste à pourvoir, chaque candidat est présenté à ses futurs potentiels collègues, N+1, à un comité de recrutement mais aussi au CEO de Google, Larry Page.

2) Le sentiment que leur emploi a "du sens" 

"Les gens ne veulent pas juste travailler pour un salaire, ils veulent quelque chose qui a du sens", poursuit M. Bock. Et de citer les travaux du professeur Adam Grant qui a prouvé que les personnes capables de rattacher leur emploi à quelque chose de significatif ont un productivité 5 fois plus élevée que les autres. Même les avantages importants dont peuvent bénéficier les salariés de Google - repas gratuits, massages, pressing, etc. - ne jouent qu'à la marge. Si ces services contribuent à une atmosphère agréable de travail, ils ne feront pas changer d'idées les gens qui veulent partir...

Que retenir des conseils de Laszlo Bock ? Concernant l'environnement de travail, Sigal Barsade, une professeure de management à l'Université de Pennsylvanie, a déjà prouvé que les "gens attrapent littéralement les comportements des autres comme un virus". D'après ses recherches, l’état le moins contagieux est celui de la "lenteur" et le comportement le plus viral étant celui qu'elle nomme "calme, relax"On peut imaginer qu'il suffirait de "panacher" les espaces de travail pour les rendre davantage productif. Dans un bureau de "mous", il suffirait alors d'introduire une personne dynamique pour les réveiller. Mais, prévient l’universitaire, il ne sert à rien de forcer la nature. En effet, on travaille mieux avec des personnes qui ont le même tempérament que soi. Lors d'un recrutement, les managers ont donc intérêt à prendre en compte l'équipe déjà en place pour maintenir une bonne entente de travail …

Productivité : pourquoi on devrait pouvoir choisir ses collègues 

Quant au sens à donner au travail, c'est un lieu commun apparu en même temps que la génération Y arrivait en entreprise et qui se répète avec la suivante, la génération Z. On décrit leurs membres comme capricieux, rétifs à l'autorité et zappeurs. Si l'entreprise ne leur plaît pas, ils quittent le navire, sans se retourner. "Les Z sont dans une logique d’usage plutôt que de marché : ils souhaitent vivre leur passion, la partager et la voir se concrétiser, confirme Elodie Gentina, professeure à SKEMA Business School (...) C’est une génération qui souhaite communiquer sans fard, comme elle parle, sans la hiérarchie induite par les mails avec ce que cela implique de formules ampoulées, de contacts à mettre dedans ou pas. Pour eux, l’autorité devra également être relationnelle et non pas uniquement hiérarchique. Ils cherchent une relation de confiance plutôt qu’une relation pyramidale". C'est peut-être ça aussi donner du sens au travail : repenser l'organisation de l'entreprise et offrir aux collaborateurs une relation équilibrée dans laquelle ils ont la possibilité de s'exprimer et de prendre des initiatives...

Comment la génération Z va modifier le monde de l'entreprise

 

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par mail

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché