Le ghosting ou quand les managers rendent les collaborateurs invisibles

par Cadreo




Cette pratique normalement réservée aux relations amoureuses, de préférence de jeunesse, consiste à ne plus donner signe de vie. Du tout. Malheureusement elle contamine de plus en plus la sphère professionnelle... 

Silhouette shadow of woman looking at city from officeLes candidats sont déjà habitués à être "ghostés". Après une candidature ou même une première entrevue, combien d'entre eux n'ont jamais reçu de nouvelles du recruteur ? Ni mail, ni texto, ni courrier, ni coup de téléphone. Rien, aucune explication... C'est ainsi que se définit le ghosting, cette tendance pernicieuse à rendre l'autre transparent, inexistant.

Selon un sondage mené auprès de 1 000 individus par YouGov et le Huff Post, 11 % de la population aurait déjà ghosté un partenaire, ce terme désignant à la base les relations amoureuses. Il existe toutefois dans dans le monde de l'entreprise mais sans qu'aucune statistique existe. Et pour cause, le ghosting s'apparente fortement à une mise au placard, une pratique interdite par la loi.

Ghoster ses collaborateurs

Entre collègues, le ghosting a également cours. Dans ce cas, c'est "maintenir un collègue en marge des boucles de mails ou omettre systématiquement de lui répondre", souligne Le Monde dans un article consacré aux fantômes de l'entreprise. Mais, il faut bien le dire, c'est bien plus souvent dans une relation asymétrique, de managers à collaborateurs.

Il est possible que le ghosteur ne souhaite pas faire de mal. Mal à l'aise, face un collaborateur qu'il ne peut pas encadrer, dans une situation d'incompréhension avec un salarié, le manager n'assume plus ses responsabilités et préfère l'évitement. C'est évidemment néfaste : la victime perd toute confiance en elle et les non-dits ne permettent plus d'assurer une relation de franchise. Le collaborateur peut également se sentir mis au placard ou harcelé. Avant d'en arriver à une telle situation, il faut à tout prix rendosser sa peau d'encadrant et reprendre la communication. Lori Goler, la DRH de Facebook estime que parmi les 7 qualités d'un bon manager, il est impératif d'être attentif à tous les membres de l'équipe, de fournir des explications ou encore de faire des feed-back réguliers.

Une forme de management que l'on qualifie de plus en plus d'intelligence émotionnelle, ou la capacité à contrôler ses émotions et celles des autres. L'idée : en faisant preuve d'empathie envers ses interlocuteurs, il est ensuite possible d'utiliser cette information pour prendre de meilleures décisions. Bonne nouvelle : les cadres les plus émotionnellement intelligents auraient également une meilleure carrière. Une bonne raison de renouer le contact ! 

> Cultiver son intelligence émotionnelle pour gagner plus !

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par mail

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché