Interview : "L’expatriation est un accélérateur de temps"

par Cadreo




En poste à Singapour, le CEO Asie Pacifique & Moyen Orient d'Edenred envisage l'expatriation comme un accélérateur d'expériences et de tranches de vie.

SingapourLors de votre toute première expatriation, quelles étaient vos principales réticences ou réserves ?

Ma toute première expatriation était en Hongrie. D’origine hongroise (par ma mère), j’avais des notions de la langue ainsi que de la famille qui a pu m’aider sur place. Mon épouse étant de surcroit hongroise, l’intégration a été aisée, et non représentative d’une vraie expatriation. Notre expatriation au Venezuela fut en revanche une véritable première expatriation pour la famille car entre temps nous avons eu deux enfants.

Aviez-vous minutieusement préparé votre départ  ?

Nous étions très préoccupés par notre destination. Chavez venait de prendre le pouvoir, des soulèvements du peuple avec riposte à balles réelles de la police faisant des morts. J’ai donc longuement réfléchi. Grâce à mes études à Harvard, j’ai rencontré un ami de l’époque, secrétaire d’état au tourisme en Hongrie, qui m’a présenté des personnes qui rentraient du Venezuela et qui m’ont raconté la vie telle qu’ils la vivaient là-bas.

L’entreprise de l’époque fut-elle à la hauteur ?

Edenred m’a donné le temps de réfléchir et offert des conditions attractives. J’ai également bénéficié de cours d’espagnol pour me renforcer dans cette langue que je ne parlais plus depuis l’école.

Lire la suite sur Les Echos Business

 

 

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par mail

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché