La psychologie du personnel n'intéresse pas le management

par Cadreo




Loïc Hislaire quitte la SNCF, non sans laisser son testament managérial, l'ouvrage "Le Triangle du manager", préfacé par le sociologue Philippe d'Iribarne.

LesEchosLoïc Hislaire, Philippe d'Iribarne, toutes les entreprises parlent de transformation : pour autant, ce chantier n'a jamais semblé aussi ardu. Pourquoi ?

Loïc Hislaire : Les placards de la SNCF débordent d'études et de baromètres en tous genres sur le corps social et les transformations, dont les résultats ne sont jamais mis en regard les uns des autres. Or la conduite du changement implique de cerner les motivations profondes des cheminots, qui constituent un corps très particulier. Il faut savoir comprendre leur fierté du métier et du chemin de fer, et surtout le contrat moral implicite passé avec l'entreprise, une somme de promesses reçues sur lesquelles ils ne transigeront pas.

Philippe d'Iribarne : L'entreprise se préoccupe de la psychologie du client, mais sa connaissance de la psychologie du personnel est limitée. Les managers ont intériorisé la vision selon laquelle une trop forte attention ou empathie envers les salariés serait un signe de faiblesse, de renoncement au changement alors que c'est a contrario lorsque l'on souhaite faire évoluer les comportements qu'il faut en examiner les ressorts. Plus on veut muter, plus il faut s'attarder sur l'existant.

Lire la suite sur Les Echos Business 

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par mail

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché