L'art de sécher les réunions

par Cadreo




Les managers râlent contre les réunions et pourtant elles continuent d'occuper une grande partie de leur temps. Voici quelques conseils pour les éviter. Subtilement bien sûr...

Jusqu'alors vous vous rendiez à toutes les réunions auxquelles on vous conviait. Un mal connu sous le nom de syndrome d'acceptation automatique, un réflexe qui pousse les managers à dire oui à toutes les assemblées. A tel point qu'elles s'accumulent dans leur agenda pour représenter plus de 6 semaines de brainstorming annuel. Mais étonnamment, seules 25 % de ces réunions aboutiraient à des décisions, selon les participants.

Il est peut-être temps de s'attaquer au mal par la racine, tout simplement en les évitant. C'est la solution prônée par Benjamin Fabre dans son livre Comment triompher au bureau. Encore faut-il le faire avec tact et diplomatie car toutes les réunions ne se valent pas...

> La règle des deux pizzas et autres secrets pour des réunions productives

1. Les "réunions gratte-ciel" (comités exécutifs, comités de direction, conseil des sages...)

Là, vous êtes au milieu du gratin de l'entreprise. Une place au Comex ça ne se refuse pas, du moins pas tout le temps. Taux de sèche préconisé par Benjamin Fabre : 15 % seulement. Après tout, c'est l'occasion d'observer les courtisans, les jeux de pouvoir. Mais comme vous êtes au-dessus de la mêlée, il est important d'en zapper certaines pour ne pas paraître comme le bon élève trop docile.

> Comex, Codir, Comop, Copil... Les instances de direction pour les nuls

2. Réunions charbon (comité projet, comités de pilotage, réunions de service...)

Sécher les réunions charbon c'est ingénieux pour votre carrière. Si les participants s'y arrachent les cheveux sur des détails insignifiants, ces moment sont aussi particulièrement inintéressants. Il faudra pourtant vous y rendre mais une fois sur deux seulement. Et oui : la fois où vous êtes absent, vous compromettez le bon déroulement des discussions et donc, quand vous y êtes présent, tout le monde s'aperçoit de votre importance au sein de la société... Pour ne pas être grillé, l'auteur conseil d'avoir de solides excuses : "gros rendez-vous client", "grosse tuile RH", etc. Autre solution pour ne pas perdre le fil des débats : envoyer un émissaire vous représenter. En trois minutes trente, il vous débriefera les 3 heures de réunion.

> C'est quoi une carrière réussie ?

3. Réunion de brassage de vent (séminaires de réflexion, ateliers de brainstorming, formations idiotes...)

Là, c'est particulièrement simple et super efficace pour vous libérer du temps : on sèche 100 % des réunions brassage de vent. Laissez aux autres le soin de réfléchir aux séminaires bien-être et autres ateliers détente entre midi et deux. Comme l'auteur, on pense que "ces clowneries ne méritent pas une miette de votre temps". 

Voilà, vous serez enfin efficace durant la semaine et vous ne serez plus obligé de lancer : "désolé, je suis débordé, je file en réunion". Bien joué !

> Comment mettre fin aux réunions assommantes ?

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par email

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché