Les cadres en manque de reconnaissance professionnelle

par Cadreo




Le baromètre annuel Ugict-CGT sur les attentes des cadres dévoile le malaise de l’encadrement français. En cause, un manque de reconnaissance, une charge de travail qui s’alourdit sans cesse et des rémunérations qui stagnent.

Quartier-Defense-ParisLe 17 juin dernier l‘Ugict-CGT a organisé un évènement dans le quartier d’affaires parisien de la Défense pour aller à la rencontre des cadres et les informer sur leurs droits. A cette occasion, le syndicat a dévoilé les résultats de son baromètre annuel sur les attentes des salariés cadres. Un sondage qui illustre une nouvelle fois le malaise dont souffrent les managers et encadrants dans les entreprises.

Le malaise des cadres au travail, une réalité

Le constat est sans appel : 73% des cadres ne s’estiment pas associés aux choix stratégiques de leur entreprise. Plus de deux tiers des cadres interrogés jugent aussi que les pratiques d’évaluation de leurs performances sont fondées sur de mauvais critères ou manquent de transparence (59% partagent ce point de vue).

Le manque de reconnaissance se traduit également par une rémunération qui ne serait pas en adéquation avec l’implication qu’on exige d’eux ou la charge de travail qui s’alourdit. Pire, un cadre sur deux affirme que le management se détériore. Bref, chez les cadres, il semblerait que ce soit le malaise à tous les étages.

Le temps de travail moyen des cadres : 44,6 heures / semaine

Face à ce manque de reconnaissance global, les cadres expriment des attentes fortes, notamment en ce qui concerne leurs horaires à rallonge (Voir aussi notre enquête sur la frontière vie-pro/vie perso des cadres). Les personnes interrogées déclarent ainsi travailler en moyenne 44,6 heures par semaine. 56% des cadres affirment même  travailler pendant leurs heures ou jours de repos. La faute notamment aux nouveaux outils de communication.

Les outils numériques accentuent l’hyper-connexion au travail

Pour plus d’un cadre sur deux le développement des outils professionnels est responsable du débordement de la vie pro sur la vie perso. 3 cadres sur 4 reconnaissent en effet utiliser les outils numériques en dehors de leurs horaires de travail. Tablettes, smartphones et ordinateurs portables seraient donc largement responsables du surmenage des cadres. Les résultats de ce sondage vont donc à nouveau dans le sens du droit à la déconnexion pour lequel milite le syndicat.

Les 3 priorités professionnelles des cadres

Que veulent les cadres au final ? Ils aspirent tout simplement à un meilleur équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle, une meilleure qualité de vie au travail et, bien sûr, un meilleur salaire plus en adéquation avec leurs niveaux de responsabilités et d'expertise.

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par mail

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché