Les cadres ne parlent pas bien anglais

par Cadreo




Les cadres, en particulier les cadres dirigeants, auraient un niveau en anglais inférieur à celui de leurs équipes dans la plupart des pays... sauf en France.

Cadres-anglaisLes cadres sup' seraient-ils fâchés avec la pratique de la langue anglaise ? A la lecture de l’enquête EF-PI (English Proficiency Index) sur le niveau de compétence en anglais dans les entreprises de 32 pays, on pourrait le croire. D’après ce baromètre linguistique international, dans près de la moitié des pays étudiés les cadres supérieurs avaient un niveau d’anglais inférieur à celui des responsables d’équipes et des employés. Les cadres se débrouilleraient donc moins bien que les opérationnels, alors que la maîtrise de l’anglais, langue des affaires par excellence, paraît pourtant indispensable à ce niveau de la hiérarchie.

« Dans un environnement où les ressources humaines s'internationalisent de plus en plus, la maîtrise de l'anglais encourage la diffusion de l'information, le partage des connaissances et stimule l'innovation et la collaboration au sein de l'entreprise, à tous les niveaux » rappelle EF.

L’éternelle exception française

A noter tout de même une exception française : chez nous, les cadres supérieurs et les dirigeants ont tendance à avoir un meilleur niveau que leurs équipes, sans doute en raison d’un apprentissage plus poussé pendant leurs études. Mais c’est l’arbre qui cache la forêt car le niveau d’anglais dans les entreprises françaises n’est pas très reluisant. La France fait ainsi partie de la catégorie des pays où la population active « maîtrise mal » l’anglais. Contrairement à des pays comme l’Espagne, l’Allemagne ou la République tchèque, dont le niveau est jugé moyen, et encore loin du bon niveau des pays nordiques dans leur ensemble ou d’autres bons élèves comme la Suisse ou l’Argentine.

Seulement 20% des cadres parlent couramment l’anglais

En France, le niveau général en langues reste faible, les cadres n’ont donc pas trop de mérite à être plus à l’aise dans la langue de Shakespeare que leurs collègues. Au mois de janvier dernier, une autre enquête réalisée par 1to1 English et Cadremploi avait déjà montré que seulement 20% des cadres parlaient couramment anglais… Alors qu’un sur deux était confronté à la pratique de cette langue lors d’un entretien d’embauche.

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par mail

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché