A quoi pourrait ressembler le management de demain ?

par Cadreo




Dans Reinventing Organizations, Frédéric Laloux, ancien partenaire associé chez McKinsey, décrit une nouvelle forme d'organisation du travail sous-jacente, où chacun aurait le pouvoir. Pas encore totalement abouti, ce système émerge aujourd'hui avec les entreprises libérées et marque une nouvelle évolution du monde du travail...

ReinventingOrganisation_optPhénomène de librairie publié en 2015, l'ouvrage Reinventing Organizations revient sur le devant de la scène avec une réédition résumée et illustrée. Son auteur, Frédéric Laloux, prône que notre vision du monde du travail est limitée par nos façons de penser le management et les organisations.

Aujourd'hui, nous avons une "vision hiérarchique du monde (où), ne peut y avoir qu’un dirigeant à la tête d’une organisation". Un monde du travail où personne ne serait le "boss des autres n'est pas compatible avec la conviction que le monde a besoin de hiérarchies pour fonctionner". Pourtant, selon Frédéric Laloux, les organisations évoluent régulièrement chaque fois que l'homme atteint un nouvel état de conscience.

5 types d'organisation du travail 

"Dire qu'un type d'organisation complètement nouveau serait en train d'émerger paraît peut-être osé. D'un point de vue historique, cela n'aurait pourtant rien d'extraordinaire", explique Frédéric Laloux. Se faisant historien des organisations du travail, il propose 5 types d'organisations - décrites par couleur - en remontant 10 000 ans en arrière.

1) La vision rouge du monde. Apparue il y a 10 000 ans, cette organisation du travail est celle de la loi du plus fort. Une organisation brutale mais qui a permis aux groupes de s'organiser. Un système qui perdure encore avec les Mafias.

2) La vision ambre du monde.  C'est il y a 4000 ans en Mésopotamie que l'organisation du travail se serait complexifiée. Alors que l'homme se sédentarise, l'envie d'appartenir au groupe, la culpabilité et la honte sont désormais le ciment de la société. Chacun se conforme à ce qui est attendu de lui. Une organisation qui perdure avec l'armée ou l'église catholique.

3) La vision orange du monde. Dans cette organisation, c'est la révolution scientifique qui mène le monde. Ici, le management repose sur des objectifs. "Les banques de Wall Street en sont peut-être l'exemple le plus marquant : des machines à faire du profit, innovant sans pitié et redoutablement efficaces". Pour l'auteur, ces organisations posent les problèmes de la croissance pour la croissance et de l'argent comme seule finalité et critère de succès.

4) La vision verte du monde. Une vision du monde née avec la contre-culture des années 60-70. L'idée ? Chacun a la même valeur que l'autre et mérite d'être écouté. Ici, on parle plus volontairement de famille où ses membres ont une place et veillent sur les autres plutôt que de liens hiérarchiques. Dans les faits, pour que ces organisations avancent, la pyramide hiérarchique classique revient souvent, dans des "jeux de pouvoir peu reluisants, en coulisses".

5) La vision opale du monde du travail. Ce dernier stade est celui actuellement en train d'émerger. Stade dit évolutif, on ne sait pas encore ce vers quoi il va aboutir mais il ouvre des perspectives neuves. En voici certaines...

Vers une société sans chef ?

Frédéric Laloux s'intéresse dans un second temps aux entreprises dites libérées, celles qui se réfèrent à l'holacratie, un système visant à supprimer la hiérarchie pour laisser plus d’autonomie aux salariés. Sur quoi reposent ces entreprises ? L'autogouvernance : les hiérarchies pyramidales et bureaucratiques sont des devenus des systèmes souples,  la plénitude : les salariés sont invités à venir au travail tels qu'ils sont sans masque, la raison d'être évolutive : "au lieu d'essayer de prévoir et de maîtriser l'avenir, leur personnel est invité à écouter et à comprendre ce qu'elles sont appelées à devenir  et la direction qu'elles empruntent naturellement". 

C’est quoi une entreprise libérée ? L’exemple de la biscuiterie Poult

Utopiste ? L'auteur a étudié douze entreprises dites libérées. En voici une intéressante : Morning Star. Inconnue du grand public, cette société récolte et transforme les tomates. C'est un géant qui connaît une croissance forte quand ce marché plafonne à 1% par an en moyenne. Que fait-elle de si différent par rapport aux autres entreprises ? Un exemple : il n'y existe ni intitulé de poste, ni promotion hiérarchique. Quant aux salaires, ils sont proposés par les collaborateurs et validés par un groupe.

D'autres entreprises citées par l'auteur ont développé des façons différentes de manager et de penser l'organisation du travail. Pourquoi pas la vôtre ? Peut-être parce que "celui qui prend le risque de s’écarter de la pensée managériale actuelle pour s’aventurer vers l’inconnu a toutes les chances de rencontrer des résistances, de se faire traiter d’idéaliste ou d’insensé", écrit Frédéric Laloux. Et pourtant, tout aujourd'hui laisse supposer qu'il va falloir s'adapter : l'engagement des collaborateurs au travail est plus que jamais vacillant, sans parler de l'impact des entreprises sur l'environnement... Mais, optimiste, Frédéric Laloux conclut par ce proverbe : "Nous sommes ceux que nous attendions". 

Reinventing Organizations : La version résumée et illustrée du livre qui invite à repenser le management, 28 euros.

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par mail

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché