Mobilité : les cadres restent en moyenne 4 ans à leur poste

par Cadreo




Les décideurs restent en moyenne 4,1 ans dans leur poste avant d'être mobiles. Une durée de fidélité en constante augmentation depuis quelques années selon l'enquête MobiCadres 2014 réalisée par le cabinet Deloitte.

enter image description here

D'année en année les cadres dirigeants semblent moins mobiles. En particulier en ce qui concerne la mobilité externe qui se stabilise. Une tendance que Deloitte, dans sa dernière enquête sur la mobilité des cadres, interprète comme le "signe d'une relative prudence des cadres dans leur stratégie de carrière".

La fidélité des cadres dure 4,1 ans en moyenne

Mais le fait marquant depuis la première édition de MobiCadres en 2006, c'est l'allongement de la durée d'ancienneté sur un poste avant mobilité. De 3,6 ans il y a huit ans, cette durée moyenne des cadres sur un même poste est désormais de 4,1 ans. La durée de fidélité au poste et à l'entreprise s'allonge donc. "La durée moyenne au poste précédent cache de fortes disparités selon l'âge. Ainsi, les plus de 50 ans restent en moyenne dans le même poste ou la même entreprise deux ans de plus que les moins de 40 ans" précise Deloitte dans son baromètre annuel.

Le fait que l'ancienneté ait progressé quasiment d'un an depuis 2007 et d'un trimestre entre 2012 et 2013 montre que les cadres sont de plus en plus prudents avant de décider de bouger, en interne ou en externe.

Qu'est-ce qui décide un cadre à changer de poste ?

Les deux principales motivations qui poussent les cadres à changer de poste et / ou d'entreprise sont claires : la mobilité est vue comme une opportunité d'étendre le champ de leurs responsabilités et de s'ouvrir des perspectives d'évolution de carrière plus intéressantes. L'envie de changer d'environnement professionnel et la volonté d'obtenir une rémunération plus gratifiante figurent aussi en tête de liste des principales motivations des décideurs.

Mobilité ne veut pas forcément dire augmentation

Lors d'une mobilité, les cadres interrogés (qui sont en général sur des niveaux de rémunération supérieurs à 100KE) bénéficient d'une augmentation moyenne de 5 à 10% (pour une mobilité interne) et de 10 à 15%, dans le cas d'une mobilité externe.

Mais 14% des cadres qui changent d'entreprise acceptent une baisse de leur salaire. Pour Deloitte "cela montre dans le cas d'une mobilité, que la rémunération n'est pas le principal critère. L'intérêt du travail, le développement de carrière, l'équilibre de vie professionnelle/ personnelle sont autant de leviers de rétribution globale qui font qu'un décideur peut accepter une baisse de salaire".

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par mail

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché