Pédégère, colonelle, officière : faut-il féminiser les titres ?

par Cadreo




La féminisation des titres existe depuis longtemps. Mais son utilisation reste rare et est parfois freinée par les intéressées elles-mêmes.

Ecriture inclusive ou pas, la question de la féminisation des titres et fonctions se pose au quotidien. Votre interlocutrice est-elle directeur ou directrice ? PDG ou pédégère ? Avocat associée ou avocate associée ? La liste est longue. Et la réponse n'est pas toujours simple.

> Cadres supérieur·e·s, salarié·e·s, collaborateur·trice·s : quand l'écriture inclusive arrive en entreprise

La féminisation des titres existe pourtant depuis longtemps. L'Institut national de la langue française y a consacré, en 1999, un guide officiel et rappelle à l'occasion qu'une commission relative à la féminisation des noms de métiers a été mise en place en 1984, sous l'impulsion de la ministre des droits de la femme, Yvette Roudy. Les auteurs soulignent en outre que le Grevisse, dans ses éditions successives du Bon usage du français, reconnaît la nécessité de cette féminisation. L'ouvrage en dresse ainsi une liste non exhaustive, des fonctions les plus attendues, comme celles d'auditrice ou d'inspectrice, aux plus surprenantes comme colonelle ou officière.

Lire la suite sur Les Echos Business  

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par email

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché