Pourquoi le management "à papa" est bientôt mort

par Cadreo




Le site 7X7 explique en 7 points comment la technologie de la blockchain va bouleverser le management traditionnel. Les carrières verticales, les promotions canapés et les carrières à rallonge feront bientôt partie des vestiges du marché du travail.

Blockchain_optLa blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle. Oui et alors ? Et alors : "La technologie blockchain a le potentiel de créer des organisations décentralisées", explique à 7X7, Primavera De Filippi, co-fondatrice de la start-up Backfeed. La startup isralélienne a imaginé une plateforme collaborative "prête à l'emploi" visant à organiser, sans chef, la vie de la société. Les salariés peuvent rejoindre en cours de route des projets et soumettre librement leurs contributions. Chacun se voit attribuer une note liée à sa réputation. Plus elle est élevée, plus le salarié aura le pouvoir de noter ses pairs. C'est aussi un moyen de mettre fin aux évaluations annuelles et demandes d'augmentation : toute la communauté décide en effet de la rémunération de chacun.

Dérive du tout collaboratif, dictature de la transparence ? C'est possible. Mais si la blockchain venait à s'imposer en entreprise, les organisations telles qu'on les connait aujourd'hui pourrait ne plus exister. Voici 7 changements possibles détaillés par le magazine 7X7.

Une évaluation horizontale

La "Proof-of-Work" (preuve du travail) sera la prochaine façon de valider le travail des collaborateurs.  Ce "n'est plus un chefaillon quelconque qui vous dit que votre tableau Excel est une petite merveille (ou pas), mais l'ensemble du réseau de contributeurs qui juge de la valeur de votre travail, et vous rémunère en fonction", explique 7X7.

Repenser le travail d'autrui

Comment évaluer les participants ? "La valeur ne peut pas être explicitée", répond Primavera De Filipi. "Lorsqu'une communauté se crée, le système de valeurs émerge des individus". En clair : s'il n'y a pas de grille de notations, il faut se fier à son propre jugement...

Une gouvernance décentralisée

L'entreprise organisée par la blockchain fonctionne sans chefs. L'autorité est liée à la réputation des collaborateurs. Si la communauté évalue de manière positive un des ses membres, ce dernier voit de fait sa part dans la prise de décisions augmenter. Cela tend à recréer une forme de hiérarchie qui ne découle pas d'un statut signé lors d'un contrat de travail mais directement de ses actions.

Auto-gestion 

Avec la blockchain, Backfeed imagine qu'il sera possible d'imaginer que les collaborateurs fixent eux-mêmes leurs objectifs et leurs missions. Si votre projet est validé par la communauté, c'est qu'il est utile. "Cette idée est inspirée des projets collaboratifs en open source, où chacun participe de manière spontanée", explique Primavera De Filippi.

Transparence

Toutes traces de travail, d'échanges seront conservées dans le système Backfeed. Difficile dans ses conditions de nier ses responsabilités ou de prétendre n'avoir jamais reçu un document par exemple. Difficile dans ses conditions d'enjoliver la réalité...

Méritocratie 

Pour les fondateurs de Backfeed, la blockhain pousse le concept de méritocratie à son maximum. Puisque vous êtes évalué sur votre travail et rien que sur votre travail, les beaux parleurs n'ont plus leur place en entreprise.

Quel travail demain ? 

Alors dans une société où les entreprises sont dirigées par des collaborateurs évalués sur leur mission, comment peut-on envisager le monde du travail à la sauce blockchain ? Il est possible que vous soyez en fait non plus un salarié mais un prestataire permanent de projets : un jour vous organisez un événement, le lendemain vous en rendez compte dans un article écrit pour le magazine de Backfeed...

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par mail

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché