Présidentielle : les jeunes salariés angoissés par les mutations du travail

par Cadreo




Un colloque intitulé « Et le travail demain ? », destiné à alimenter le débat d’idées des présidentiables, s’est intéressé ce jeudi au regard des jeunes sur le travail, une génération qui se montre finalement très prudente face aux évolutions technologiques.

jeunes-présidentiellesA un mois de la présidentielle, acteurs et experts du monde du travail (Edenred, Alpha, ProWebCe, Salons CE, Cap, ANDRH, Solutions RH) se sont intéressés au vécu des salariés. Intitulé "Et le travail demain?" le colloque, organisé ce jeudi, nourrissait une ambition : alimenter les programmes des candidats à la présidentielle qui parlent abondamment de chômage et de son corollaire, l’emploi, mais rarement de conditions de travail.

Dévoilées lors du colloque, les conclusions du sondage sur les Français et le travail rejoignent celles de la grande enquête menée par la CFDT, "Parlons travail". En dépit des mutations à l’oeuvre, la majorité des Français aiment leur métier : "Plus que les autres salariés, notamment les anglo-saxons, ils ont un rapport affectif au travail avant d’être utilitaire. Celui-ci représente l’identité des individus et leur lien social avec les autres", décrit Marc Kogon, directeur de Sondages CE. Paradoxalement, les jeunes, frappés de plein fouet par le chômage, ont la même appréciation : "Le travail marque la reconnaissance d’un échange de don au travers du rapport salarial". L’une des différences intergénérationnelles réside dans la perception de l’entrepreneuriat. 64% des 16 à 21 ans souhaitent créer leur entreprise et perçoivent positivement le développement des nouvelles formes de travail indépendant (freelance, auto-entrepreneur…), qui luttent contre le chômage.

Lire la suite sur Les Echos Business

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par mail

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché