Rémunération des cadres : les experts sortent du lot

par Cadreo




Dans l’étude Salary Survey 2014, Robert Walters détaille les tendances de la rémunération des cadres. Un marché marqué par l'expertisation avec une prime aux compétences pénuriques. Interview avec Laurent Hürstel, Directeur de Robert Walters.

enter image description here

La tendance de la rémunération des cadres pour 2014 reste la même que l'an dernier avec des augmentations collectives assez faibles...

Oui, les augmentations générales sont extrêmement "flats", sauf dans les sociétés en très forte croissance, notamment dans le secteur du luxe. Mais dans l'ensemble, la progression générale des salaires reste faible. Les augmentations individuelles tirent en revanche leur épingle du jeu mais sont, par définition, beaucoup moins nombreuses. Elles dépendent soit de la spécialisation, soit de performances remarquables.

L'étude Salary Survey 2014 relève également une plus forte tendance du marché des cadres à l'expertisation...

Cela veut dire que les entreprises sont prêtes à mettre le prix pour avoir des compétences rares. Il existe en effet des métiers extrêmement pénuriques, par exemple dans l'informatique avec les consultants SAP. Pour attirer ces profils, qui ont des connaissances sur les modules d'un ERP, les entreprises sont capables de proposer des rémunérations importantes. C'est le cas également pour les consolideurs en finance. Ces experts très recherchés ont une capacité de négociation de leur rémunération beaucoup plus importante que les autres cadres.

Pour les experts dont le profil est pénurique il est donc possible d'avoir des augmentations significatives ?

Effectivement, mais ce n'est pas forcément leur seule motivation. Les experts techniques, comme les ingénieurs ou les doctorants dans le domaine de la recherche et développement ne sont pas en effet uniquement motivés par la rémunération. Ce qui va les intéresser en priorité, c'est le projet et la technicité de l'entreprise et de ses produits. Ils ne vont pas forcément jouer la surenchère, même s'ils sont rares sur le marché.

Comment expliquer cette orientation du marché des cadres vers l'expertisation ?

Il y a quinze ans, il n'était pas rare d'avoir des candidats ayant passé beaucoup de temps dans une même entreprise, parfois au même poste. C'étaient des experts de leur métier avec une compétence pointue. Depuis les années 2000, beaucoup de choses ont changé. Au bout de deux ans sur un même poste, les candidats estiment désormais avoir fait le tour de leur mission, surtout les jeunes. Ils changent fréquemment d'emploi et réduisent ainsi leur dimension d'experts. Les entreprises sont donc prêtes à payer les experts plus chers, tout simplement parce qu'ils sont moins nombreux sur le marché. Mais la pénurie n'est pas uniquement liée au faible nombre de candidats qui s'orientent dans une voie. La structure du marché pousse également 25 à 30% des jeunes diplômes à aller travailler à l'étranger. Ce sont autant d'experts en moins. Enfin, les entreprises ont aussi arrêté d'investir dans des pépinières pour faire grandir les experts en interne. Tous ces facteurs contribuent à renforcer la tendance à l'expertisation du marché de l'emploi des cadres.

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par email

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché