Réseau : et si Facebook vous aidait à trouver un meilleur job ?

par Cadreo




La réponse est oui, à condition de cibler les bonnes personnes...

FacebookVous connaissez "la théorie des liens faibles" ? Selon le sociologue américain Mark Granovetter qui l'a conceptualisée en 1973, tout individu évolue dans différents réseaux de connexions : les collègues, les amis, la famille, etc. Certains liens sont plus ou moins soutenus - les liens forts - et d'autres plus distants - les liens faibles.

Quand il a développé cette théorie, Mark Granovetter a notamment étudié le parcours de 54 personnes ayant récemment changé d'emploi, explique le site Les Affaires. Le sociologue en est arrivé à la conclusion qu'une personne cherchant un emploi uniquement à partir de ses liens forts a moins de chances de trouver un emploi que celui qui utilise ses deux cercles de relations (faible et fort). En parlant avec votre épicier ou votre banquier, vous aurez en effet accès à des informations insoupçonnées qui vous ouvriront de nouveaux horizons. Ou pour le dire autrement, avec vos proches, vous tournez en rond, professionnellement parlant.

> Quand Facebook étudie la reproduction sociale

Mais aujourd'hui, une nouvelle recherche semble donner tort à Mark Granovetter. Dans leur étude "Social networks and labor markets: How strong ties relate to job transmission using Facebook's social network", Laura Gee, professeure d'économie à l'Université Tufts à Medford/Somerville, Jason Jones, professeur de sociologie à l'Université Stony-Brook à New York et Moira Burke, data scientist chez Facebook sont allés bien plus loin. Ils ont étudié les profils de 400 000 américains qui ont changé d'emploi au cours de la dernière année. Le but : comprendre s'ils ont trouvé ce nouvel emploi grâce à leurs liens forts ou leurs liens faibles.

Les résultats sont surprenants. A l'échelle individuelle, un individu a plus de chances de trouver un emploi grâce à ses liens forts que grâce à ses liens faibles. A l'échelle collective, en étudiant un groupe d'individus a plus de chances de trouver un nouvel emploi grâce à ses liens faibles plutôt que ses liens forts.

Paradoxale ? Pas vraiment : sur Facebook, les utilisateurs actifs comptent davantage de liens faibles que de liens forts. En signalant à tout le monde qu'ils cherchent un emploi, ils recevront de nombreuses propositions de postes mais peu correspondant à leurs attentes. Une autre étude, également citée par Les Affaire, révèle qu'aux Etats-Unis toujours, la moitié de ceux qui ont trouvé un nouvel emploi l'ont obtenu grâce à des informations venant de connaissances proches. Conclusion : dans la "vraie vie" comme sur Facebook, il faut cibler les liens forts, ceux les plus à mêmes de comprendre vos attentes professionnelles...

> Comment s'y prendre pour bien réseauter ?

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par mail

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché