Les retraites complémentaires des cadres risquent de baisser de plus de 10%

par Cadreo




Si rien n'est fait, les réserves de la retraite complémentaire des cadres (Agirc) risquent d'être épuisées en 2018. Et celles de salariés (Arrco) connaîtrait le même sort en 2024. Quelles conséquences pour les cadres ?

enter image description here

Avec 9 milliards d'euros de déficit, le régime de retraite complémentaire des cadres du privé (Agirc) est mal en point. Celui des salariés encore plus : l'Arrco a enregistré fin 2013 un déficit de 55,4 milliards. De quoi alarmer les partenaires sociaux qui se sont réunis la semaine dernière pour trouver des solutions. L'an dernier syndicats et patronat s'étaient déjà mis d'accord pour limiter la revalorisation des pensions jusqu'en 2015. Ce qui s'était traduit dans les faits par un gel des retraites complémentaires.

Une baisse de 10% des pensions de retraites ?

Mais le scénario examiné la semaine dernière est encore plus catastrophique. Selon Jean-Louis Deroussen (CFTC), "on voit que le gel ne suffit pas et si rien n'est fait, il faudrait baisser les pensions de l'Agirc de 10% en 2019 et celles de l'Arrco de 10% à 14% en 2025". Avant d'en arriver là, d'autres pistes sont étudiées : la hausse des cotisations notamment mais surtout, le recul de l'âge légal de départ ou encore de l'âge à partir duquel on peut toucher la retraite complémentaire avec des versements uniquement à partir de 65 ans. La fusion des deux régimes est aussi évoquée, elle aurait pour conséquence de repousser l'épuisement des réserves et la baisse des pensions à 2025. Pour trancher, des négociations sont prévues fin novembre. Elles devraient durer plusieurs mois pour déboucher sur une solution.

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par mail

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché