Manager n’est pas commander ! Apprenez à communiquer vos ordres

par Cadreo




Voici quelques clefs pour transmettre vos directives et obtenir des résultats.

shutterstock_181968044_optGérer une équipe c’est savoir discerner, décider, ordonner, donner du sens, déléguer et enfin contrôler et recadrer si besoin. Le guide du parfait manager n’existant pas, chacun compose selon son tempérament, ses missions, ses interlocuteurs et les situations auxquelles il est confronté au quotidien. Voici quelques clefs pour transmettre vos directives et obtenir des résultats.

Ordonner c’est donner du sens aux instructions

Les pratiques managériales s'adaptent aux tendances du monde du travail. Elles mutent en même temps qu’évoluent le profil des salariés. Preuve en est, l’intérêt porté aujourd’hui à la génération Y et aux limites qu’elle impose aux méthodes de leadership traditionnelles, obligeant les cadres à revoir leur approche et à remettre en question leur posture. En effet, les Y ont un rapport allergique à un certain type d’autorité qualifié de « dépassé » : le management directif chef/subordonné. Donner des ordres à tout-va est une posture incompatible avec cette nouvelle génération de salariés en quête de sens à donner à leur travail. Le manager d’aujourd’hui saura expliquer et non pas exiger. Il est capable de donner du sens à ce qu’il demande. Un ordre qui n’est pas contextualisé et mis en perspective aura peu de chance d’engendrer la motivation chez le collaborateur, de stimuler la productivité de l’équipe et de susciter l’investissement personnel. Le manager tend à devenir un accompagnant plus qu'un supérieur. Il est là pour donner les moyens à ses collaborateurs de réaliser leurs objectifs. Ordonner c’est inspirer, aider à se projeter, et favoriser la coopération plus que la compétition.

Ordonner c’est faire preuve d’assurance

Vous êtes manager, vous êtes légitime ! Il convient de balayer tous les doutes sur votre rôle et vos capacités à transmettre des directives et contrôler leurs mises en application. Toutefois, le seul fait d’être cadre ne vous confère pas une autorité absolue. Il est nécessaire de faire preuve d’assurance et de montrer que vous maîtriser vos missions et que vous êtes à la hauteur du poste. Vous inspirerez la confiance auprès de votre équipe et il sera plus aisé de transmettre ses attentes et d’obtenir des résultats.

Ordonner c’est faire preuve de proximité

Être hiérarchiquement supérieur ne signifie pas se couper de ses collaborateurs. S’enfermer dans une posture de commandement serait improductif. Il est essentiel d’établir une relation exigeante mais sincère avec chaque salarié pour un accompagnement individuel empreint de considération. Un management de proximité engendre la performance et favorise l’autonomie et le développement des compétences. Cela commence par des gestes simples : laisser sa porte de bureau ouverte, dire bonjour le matin, passer un peu de temps à la machine à café, demander à un collaborateur comment il va, etc.

Ordonner c’est recadrer 

Soyez clair et transparent sur votre mode de fonctionnement et sur le cadre d’action collaborateurs. Plus l’approche managériale est identifiée, plus les employés auront les clefs pour agir en toute efficacité, sans sortir du cadre. Si vos directives sont mal ou non appliquées, il convient de rappeler vos collaborateurs à l’ordre et réitérant vos attentes. Sans être dans la sanction stérile, expliquez que tout manquement aux consignes a une répercussion directe sur l’équipe et sur l’avancement des projets que vous devez mener à terme. Par ailleurs, un manager devra toujours adapter son approche à son interlocuteur, notamment en situation de mise au point. Selon le tempérament et le profil du collaborateur, votre posture sera directive, participative, persuasive, etc.

Ordonner c’est gérer l’après

Une fois l’ordre communiqué, assurez-vous que l’interlocuteur a identifié les enjeux de sa mission. Pour ce faire, n’hésitez pas à simuler une mise en situation pour permettre au collaborateur de se projeter et de vérifier qu’il va dans la bonne direction. Inversement, s’il est dans le flou, vos instructions n’ont peut-être pas été clairement exposées. Reformulez et illustrez, sans toutefois tomber dans l’excès de détails qui serait contre-productif pour le salarié. Il est important de laisser un champ d’action afin d’autonomiser votre équipe, et stimuler ainsi l’investissement et la productivité. Si la personne est déstabilisée par ce type de management participatif, décomposez la tâche demandée, et proposez des points d’avancement réguliers. Rappelez-vous qu’à chaque collaborateur correspond un manager.

Il peut être intéressant de doubler un ordre d’une trace écrite (un compte-rendu par mail, par exemple). Certains collaborateurs trouveront cette pratique rassurante, et y verront une sorte de mémo permettant de revenir si besoin sur le contenu de la mission. Pour le manager, le mail est le gage d’avoir communiqué clairement ses attentes. Enfin, ne faites pas l’impasse sur les feedbacks. Ils font partie intégrante d’un management réfléchi et constructif. Faites part à votre équipe des éventuels ajustements à apporter, mais surtout de votre satisfaction quant à la qualité, à l’innovation, à l’efficacité et la rapidité des travaux rendus.

 

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par mail

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché