Transformation des entreprises : ce que veut la nouvelle génération de cadres dirigeants

par Cadreo




Le cabinet de recrutement Boyden a présenté aujourd'hui les résultats de son premier baromètre sur la transformation des entreprises, se demandant ce "Que veut changer la nouvelle génération de cadres dirigeants dans l'entreprise ?"

"Génération Macron". C'est ainsi que le cabinet de recrutement Boyden présente la nouvelle génération de cadres dirigeants en entreprise, "en rupture avec la morosité hexagonale".  Dans leur grande majorité (environ 80 %), ils se disent satisfaits de leur situation professionnelle, motivés par leurs missions et l'ambiance de travail au sein de leur entreprise.

"Surtout, de façon nettement plus intense que les autres cadres, ce public parvient très facilement à se projeter avec optimisme dans l’avenir que celui-ci concerne leur entreprise ou eux-mêmes. A cet égard, une majorité d’entre eux envisage dans les 5 ans de devenir dirigeants de leur entreprise voire de créer leur propre entreprise", souligne le cabinet.

Un regard ambivalent sur la transformation des entreprises

Si les cadres interrogés par Boyden se montrent confiants pour leur avenir, ils ont regard plus nuancé quand il s'agit d'évoquer la transformation des entreprises. Un terme qui leur apparaît d'emblée positif mais au-delà d'être une opportunité, c'est aussi une nécessité, selon eux. Pour autant, ils se posent la question du bénéfice de la transformation des entreprises. Trois cadres sur 10 déclarent ressentir défavorablement l'impact de la transformation. Étonnamment, une majorité des cadres dirigeants pensent que les entreprises les plus à-même de se transformer sont les PME, devant les startups.

La seule notion de digitalisation des activités paraît en outre insuffisante aux représentations de la nouvelle génération de cadres (47 %). Pour eux, les entreprises doivent se pencher davantage sur les modes de rémunération des salariés, la formation et le développement des compétences, le dialogue, le développement collaboratif, la responsabilisation et le rythme de prise des décisions. En effet, pour les jeunes cadres, la digitalisation n'est plus une question à l'ordre du jour. De fait, ces "dirigeants de demain envisagent la transformation au-delà du numérique, parce que pour eux cet aspect-là est déjà un acquis", expliquait ce matin aux Echos, Caroline Golenko, associée de Boyden. 

Photo Istock Olivier Le Moal

Nous vous conseillons les articles suivants :

Transférez par email

À lire également


+ de 40 k€

Décrochez un poste à votre mesure

Êtes-vous bien payé ?

Découvrez votre valeur sur le marché